Laissez-nous respirer !

Edito

La qualité de l’air dans l’agglomération lyonnaise s’est améliorée pour les particules PM10 et PM2,5 quoiqu’elles dépassent souvent les valeurs préconisées par l’OMS, mais les niveaux de dioxyde d’azote aux abords des grandes voies routières sont toujours bien supérieurs aux niveaux admissibles pour garantir un air sain aux riverains. C’est sur ce point crucial que nous attendons des engagements concrets de la part des candidats aux prochaines élections de 2020. En termes de qualité de l’air, notre agglomération est le plus mauvais élève de toute la « Grande Région ». Outre le fait que la responsabilité des élus est de préserver notre santé et celle de nos enfants, c’est l’attractivité de cette agglomération qui en pâtit avec des répercussions sociales et économiques. Alors cessons de gérer la qualité de l’air de façon technocratique avec des tableaux Excel et travaillons ensemble sur des solutions adaptées au terrain dont nous avons la connaissance détaillée en raison de notre proximité avec les habitants.
C’est louable et nécessaire de se préoccuper des changements climatiques mais n’oublions jamais qu’ils trouvent leur principale origine dans nos rejets au quotidien dans l’atmosphère.

Actualité à la une

Indice de la qualité de l'air à Lyon et fil d'actualité

  • La qualité de l’air à Lyon est mesurée quotidiennement
  • la qualité de l’air est un sujet important dans les discussions environnementales

Indice de la qualité de l'air à Lyon et fil d'actualité

  • La qualité de l’air à Lyon est mesurée quotidiennement
  • la qualité de l’air est un sujet important dans les discussions environnementales

Actualité à la une

L’indice régional Atmo Au-RA donne une estimation quotidienne de la qualité de l’air dans la région, avec une précision de 10 m à Lyon, Grenoble et Saint-Etienne et de 1 km ailleurs.
Allant de 1 (très bon) à + de 100 (très mauvais), cet indice résulte d’une modélisation prenant en compte les mesures des stations fixes, les prévisions météo, les conditions de dispersion et la localisation des sources de polluants.
D’autres indices existent : au niveau France, sur une échelle de 1 à 10 : ATMO (villes de plus de 100 000 habitants) et IQA (villes plus petites), au niveau européen sur une échelle de 1 à +de 100 : Citeair, avec deux valeurs (pollution de fond et proximité trafic).

La qualité de l’air est un sujet majeur de l’actualité.

L’air extérieur ou celui de nos habitations et lieu de travail est pollué par des substances chimiques, des bio-contaminants des particules …

Ces polluants peuvent avoir un impact sur notre santé et plus globalement ils participent au réchauffement climatique de la planète.

L’indice régional Atmo Au-RA donne une estimation quotidienne de la qualité de l’air dans la région, avec une précision de 10 m à Lyon, Grenoble et Saint-Etienne et de 1 km ailleurs.
Allant de 1 (très bon) à + de 100 (très mauvais), cet indice résulte d’une modélisation prenant en compte les mesures des stations fixes, les prévisions météo, les conditions de dispersion et la localisation des sources de polluants.
D’autres indices existent : au niveau France, sur une échelle de 1 à 10 : ATMO (villes de plus de 100 000 habitants) et IQA (villes plus petites), au niveau européen sur une échelle de 1 à +de 100 : Citeair, avec deux valeurs (pollution de fond et proximité trafic).

La qualité de l’air est un sujet majeur de l’actualité.

L’air extérieur ou celui de nos habitations et lieu de travail est pollué par des substances chimiques, des bio-contaminants des particules …

Ces polluants peuvent avoir un impact sur notre santé et plus globalement ils participent au réchauffement climatique de la planète.

CONCEPTION ET RÉALISATION

ODS Agence Web
ODS Agence Web

© 2018 L'AIR DES LYONNAIS·E·S

Mentions légales

 contact[@]airdeslyonnais.fr

 @airdeslyonnais

@air_lyon

Partenaires

logo mairie lyon 4
atmo auvergne-rhône-alpes