Laissez-nous respirer !

Edito

Les récentes périodes de confinement puis de début de déconfinement ont mis en évidence l’impact de nos activités sur la qualité de l’air : baisse importante du dioxyde d’azote avec la forte diminution du trafic routier mais légère remontée depuis le 11 mai, hausse des particules fines jusqu’au 10 avril principalement à cause du chauffage des bâtiments puis retour à la baisse ensuite.
La limitation de nos déplacements a favorisé l’usage des modes doux, nous avons acheté plus « local » en raison du manque de produits frais importés ou voyageant sur de longues distances. Il ne faudrait pas que ces pratiques vertueuses et bénéfiques pour l’environnement soient rapidement oubliées, elles doivent faire partie intégrante de nos comportements au quotidien. Le deuxième tour des élections municipales et métropolitaines va avoir lieu fin juin. Les candidats doivent tirer les enseignements de ce qui vient d’être observé pour actualiser leurs programmes. « Demain ne sera plus comme avant » ne doit pas être qu’une formule médiatique à la mode, elle doit se concrétiser par des décisions et des actions de la part des élus, ceci dès demain matin car l’urgence persiste de faire encore baisser la pollution atmosphérique dans notre agglomération.

Actualité à la une

Indice de la qualité de l'air à Lyon et fil d'actualité

  • La qualité de l’air à Lyon est mesurée quotidiennement
  • la qualité de l’air est un sujet important dans les discussions environnementales

Indice de la qualité de l'air à Lyon et fil d'actualité

  • La qualité de l’air à Lyon est mesurée quotidiennement
  • la qualité de l’air est un sujet important dans les discussions environnementales

Actualité à la une

L’indice régional Atmo Au-RA donne une estimation quotidienne de la qualité de l’air dans la région, avec une précision de 10 m à Lyon, Grenoble et Saint-Etienne et de 1 km ailleurs.
Allant de 1 (très bon) à + de 100 (très mauvais), cet indice résulte d’une modélisation prenant en compte les mesures des stations fixes, les prévisions météo, les conditions de dispersion et la localisation des sources de polluants.
D’autres indices existent : au niveau France, sur une échelle de 1 à 10 : ATMO (villes de plus de 100 000 habitants) et IQA (villes plus petites), au niveau européen sur une échelle de 1 à +de 100 : Citeair, avec deux valeurs (pollution de fond et proximité trafic).

La qualité de l’air est un sujet majeur de l’actualité.

L’air extérieur ou celui de nos habitations et lieu de travail est pollué par des substances chimiques, des bio-contaminants des particules …

Ces polluants peuvent avoir un impact sur notre santé et plus globalement ils participent au réchauffement climatique de la planète.

L’indice régional Atmo Au-RA donne une estimation quotidienne de la qualité de l’air dans la région, avec une précision de 10 m à Lyon, Grenoble et Saint-Etienne et de 1 km ailleurs.
Allant de 1 (très bon) à + de 100 (très mauvais), cet indice résulte d’une modélisation prenant en compte les mesures des stations fixes, les prévisions météo, les conditions de dispersion et la localisation des sources de polluants.
D’autres indices existent : au niveau France, sur une échelle de 1 à 10 : ATMO (villes de plus de 100 000 habitants) et IQA (villes plus petites), au niveau européen sur une échelle de 1 à +de 100 : Citeair, avec deux valeurs (pollution de fond et proximité trafic).

La qualité de l’air est un sujet majeur de l’actualité.

L’air extérieur ou celui de nos habitations et lieu de travail est pollué par des substances chimiques, des bio-contaminants des particules …

Ces polluants peuvent avoir un impact sur notre santé et plus globalement ils participent au réchauffement climatique de la planète.

CONCEPTION ET RÉALISATION

ODS Agence Web
ODS Agence Web

© 2018 L'AIR DES LYONNAIS·E·S

Mentions légales

 contact[@]airdeslyonnais.fr

 @airdeslyonnais

@air_lyon

Partenaires

logo mairie lyon 4
atmo auvergne-rhône-alpes